UN QUARTIER A LA CROISEE DES CHEMINS

Le quartier des Villas, à la croisée du quartier wattrelosien du Sapin Vert et des villes de Roubaix et Tourcoing, est situé aux portes de l'Union, écoquartier en passe de devenir pôle d'excellence (en prévision : 800 logements, 3 000 à 5 000 emplois localisés, un parc urbain, une école et un collège à Tourcoing). Au bâti vieillissant, et avec des espaces publics dégradés, ce quartier des Villas ne peut donc pas rester en l'état. Mais son avenir est lui-même lié aux secteurs wattrelosiens environnants avec lesquels il est connecté : les Couteaux et le Tilleul.

Les Villas, tout d’abord

Ce quartier est constitué d'un tissu urbain particulier, composite, mêlant maisons mitoyennes traditionnelles, maisons groupées, et petites et grandes barres d'appartements (dont le bailleur unique est Vilogia). Les espaces publics sont tout aussi divers : différentes typologies de voiries, espaces extérieurs divers (ceux des appartements, le parc urbain, les jardins familiaux...). Bref, un patchwork qui manque assurément de cohérence.

Mais quand on parle des Villas, de quoi parle-t-on précisément ?

- d'un quartier formé par les rues des Villas, Delacroix et le square Dufy ;

- de 187 logements, dont :

  • 3 immeubles collectifs (120 logements) situés rue des Villas et square Dufy
  • 43 logements individuels dont 34 en location situés rues Delacroix et des Villas

Ce secteur nécessite un gros travail de réhabilitation, notamment les grands collectifs construits dans les années 50 et 60 dont les logements marquent le poids des ans et sont souvent de dimensions trop réduites pour les besoins des habitants.

Pour autant, les Villas ne peuvent être dissociés du secteur dans lequel le quartier s’inscrit et qui comprend également le boulevard des Couteaux et le Tilleul.

Le secteur Villas / Couteaux / Tilleul

Sa population y est jeune (36 % a moins de 25 ans), et près de 40 % des habitants vivent seuls.

Les deux polarités commerciales (centres des Couteaux et du Tilleul) étaient bien faibles pour les besoins d’un si grand nombre d’habitants. Ce n'est plus le cas aux Couteaux où l'ouverture d'un des plus grands LIDL de la région, à l'été 2016, a permis de relancer le dynamisme du centre commercial. En 2017, cet effort s'est prolongé par l'ouverture des nouvelles enseignes dans l'ancien grand bâtiment Atlas complètement réhabilité, un projet porté par Fonciariane : salle de fitness Basic Fit, discount de produits de beauté, deux restaurants et salles de séminaires. Une enseigne de jardinerie a également annoncé son implantation en 2019.

La proximité du quartier du Sapin Vert, avec sa propre offre commerciale, est complémentaire.

Concrètement, il s’agit de répondre à ces objectifs :

- favoriser la mobilité (connecter le secteur à ses espaces environnants et en son sein) ;

- organiser le développement commercial (répondre aux attentes des habitants, améliorer l’architecture des commerces, animer le quartier…) ;

- redonner une qualité urbaine et paysagère (valoriser le cadre de vie et créer des lieux de rencontre, créer un véritable parc…) ;

- rendre le secteur attractif (agir sur le patrimoine bâti, retrouver un peuplement équilibré, développer une offre nouvelle d’habitat).

La Ville travaille avec l’ensemble des partenaires associés (Région, Département, MEL, GIP) sur ce site intégré dans la nouvelle géographie prioritaire et élu d'intérêt régional par l'agence nationale pour le renouvellement urbain (ANRU 2).

Un premier pas a été réalisé à l'été 2016, avec la démolition des Jardins de l'Espierre, un ensemble de trois blocs de logements murés depuis de nombreuses années qui défiguraient l'entrée du quartier : l'espace a été rebaptisé square Noël Turpin (ancien adjoint au maire).

En janvier 2017, un conseil citoyen a été mis en place, regroupant des habitants du quartier mais aussi des habitants de Beaulieu afin qu'ils puissent apporter leur expertise puisque leur quartier a été profondément remanié : ils ont la charge d'accompagner le projet et de faire l'interface entre la population et les pouvoirs publics.

En avril 2018, le terrain en schiste face à la barre Dufy a été mis à niveau, une ganivelle (barrière de lattes de bois) a été posée, des arbustes et une prairie fleurie plantés, une dalle béton a été coulée pour pouvoir proposer un abri de type car port, avec table et bancs pour envisager des moments de convivialité. Pour l’accompagnement participatif des habitants et la réalisation de l’équipement, la Ville a bénéficié du soutien financier de la Région et de la MEL ; les quatre ateliers urbains qui ont permis de dessiner le projet ont été animés par ARCHIAE, la MEL et la Ville.

Quant à la barre Dufy, son temps est compté : Vilogia a déposé à la DDTM la déclaration d’intention de démolir en mars dernier. La déconstruction devrait donc intervenir avant l’été 2020. Suivront les démolitions d’Ardoise et de Gypse à l’horizon 2024-2025.

Pour la Ville, l’objectif est maintenant de signer la convention financière en fin d’année 2019. Pour ce projet de renouvellement urbain estimé à plus de 27 M€ HT, une enveloppe de 4 M€ de l’ANRU a été sanctuarisée. Toutefois, il reste à trouver un accord avec les partenaires MEL et Vilogia sur la maquette financière qui précisera les participations de chacun.

S’agissant du projet proprement dit, une première tranche de travaux, en entrée de quartier, pourrait intervenir dès 2020. Il s’agirait de construire 14 à 16 logements. L’idée est d’aérer le quartier, de mettre en valeur le patrimoine végétal et de créer une liaison facile avec le centre commercial, notamment en sécurisant le carrefour de la rue de l’Union et du boulevard Jouhaux avec des avancées de trottoir, par exemple.

Des caméras de vidéo protection disposées au carrefour et à l’intérieur du quartier permettront d’améliorer le sentiment de sécurité.

Le relogement

Le 3 avril 2019, Vilogia a convié les habitants à une réunion d’information afin de présenter le processus de relogement. Depuis, les entretiens avec les ménages concernés ont démarré.

La Ville est très attentive au suivi du relogement des habitants, et essaiera de promouvoir si possible un parcours résidentiel ascendant, même pour les foyers aux revenus modestes. Elle veillera particulièrement à ce que les engagements des partenaires inscrits dans la convention d’application relogement soient respectés, notamment que les propositions de relogement prennent en compte les souhaits des familles en conformité avec leurs ressources, la composition familiale et la disponibilité des logements.

Le secteur va en tout cas profondément changer de visage puisque Vilogia a annoncé récemment son intention de rénover, dès 2020, 286 logements répartis en 8 immeubles le long du boulevard des Couteaux, du jamais vu à Wattrelos dans cet ordre de grandeur !

Une rénovation externe (5 projets architecturaux bien différents pour briser l’uniformité actuelle) mais surtout interne, avec des mises aux normes et une amélioration majeure de l’isolation de chaque logement : Vilogia investira plus de 55 000 euros par appartement !